«L’activité de chambre d’hôtes est une activité commerciale, compte tenu des prestations de para-hôtellerie proposées. Elle peut être regroupée avec le bénéfice agricole si les recettes sont inférieures à 100 000 euros et inférieures à 50 % des recettes agricoles, rappelle Mickaël Defain, fiscaliste au CerFrance Côtes-d’Armor.  Si les charges sont supérieures aux produits, l’activité accessoire génère un déficit qui ne peut pas minorer le résultat relevant de la catégorie des bénéfices agricoles. »

Dans cette hypothèse, l’exploitant agricole peut renoncer à l’option pour l’article 75 du CGI et souscrire aux obligations comptables et déclaratives supplémentaires en découlant. « Il déclarera, par conséquent, son bénéfice industriel et commercial distinctement du bénéfice agricole », précise le fiscaliste.