En matière de bail à ferme, le principe est que le fermier ne peut pas renoncer à un droit qu’il n’a pas encore acquis. Selon la jurisprudence, il ne serait pas possible de renoncer à un droit conféré par le statut que quand celui-ci est né ou a déjà pu être exercé.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !