Pourquoi être revenu au triticale ?

Pour mon système très dépendant de la production de paille, je n’ai pas trouvé l’option du blé satisfaisante. Se focaliser sur la seule valorisation du grain est un leurre. D’autant que j’ai de nombreuses parcelles peu séchantes, que le blé n’apprécie pas forcément. Il est donc sujet aux maladies et son rendement en paille avoisine les 3 t/ha. C’est très insuffisant pour un troupeau d’une centaine de têtes. Avec le triticale, j’ai multiplié ma production de paille par quatre !

Le triticale Ramdam me garantit l’autosuffisance en paille.

N’y a-t-il pas néanmoins une perte de revenu liée à la valeur marchande du triticale ?

Si je prends en compte tous les paramètres, je ne perds pas au change et je gagne en autonomie. Je vends mon triticale moins cher, certes. Mais dans mes parcelles, il est plus résistant aux maladies que le blé. Après implantation, il se défend mieux en terrain humide. Ainsi, je n’ai passé qu’un fongicide. Il est aussi moins exigeant. Deux épandages de 150 kg/ha d’azote en granulé ont suffi. Et comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas eu besoin d’acheter de paille. En litière accumulée, notre consommation est optimisée. Avec 15 ha de triticale, nous avons constitué un stock qui nous permet d’être autonomes.

© C. Lermite
Un bon rendement grains avec moins de phytos et moins d’azote.

Quel a été votre assolement en 2018-2019 et quels niveaux de rendements avez-vous atteints ?

Nos vaches sont nourries au maïs rationné et au foin. Nous consacrons au fourrage 18 hectares de notre assolement, semé en blé et en triticale. En 2018-2019, nous avons consacré seulement 2,80 hectares au blé et près de 16 hectares au triticale dont 9 avec la variété Ramdam. Le semis a été réalisé à une densité de 300 grains par mètre carré. Nous avons récolté 62 q/ha, après un ray-grass de 18 mois, qui ne constitue pas un précédent idéal. Ce n’est pas exceptionnel, mais je me contenterais très bien d’une telle moyenne annuelle ! La qualité était au rendez-vous, avec un PS de 72-73, un score que le blé ne dépasse pas sur nos terres. Le rendement en paille a quant à lui été très bon, avec près de 12 t/ha, contre 3 pour le blé !

Pouvez-vous espérer un rendement en paille encore supérieur ?

C’est un fait oui ! Mais je parle pour ma zone géographique. En 2019, sur des parcelles voisines plus favorables aux céréales à paille que les nôtres, Ramdam a donné 80 quintaux de grains et 15 tonnes de paille par hectare.

Agri-Obtentions

 

Plus sur le dossier « Les cultures fourragères dans l’air du temps » :