Plus de fourrage ? Associez pois fourrager et triticale

C’est une base très répandue destinée à l’ensilage immature : deux espèces généreuses en biomasse et très complémentaires. Le pois fourrager, très haut, a besoin d’un tuteur : le triticale. Ce dernier tirera, de son compagnonnage avec le pois, une teneur en protéines plus élevée.

Il est possible d’enrichir ce mélange avec une troisième variété : une autre légumineuse pour plus d’azote (vesce, féverole) ou une avoine pour diversifier et sécuriser.

Programmez le semis de la mi-octobre à la mi-novembre. Il importe d’éviter un développement trop précoce.

Semez de 150 à 250 g/m² pour le triticale et de 30 à 80 g/m² pour le pois fourrager. Le curseur dépend de l’objectif : plus de légumineuse pour un méteil riche en azote, moins, pour un haut rendement (grâce à moins de verse).

Surveillez : Le triticale est l’une des céréales les plus efficientes pour l’azote. À faible densité, avec un pois, il peut s’en passer. Un fort pouvoir concurrentiel et une récolte à stade immature autorisent aussi l’impasse sur les herbicides, insecticides et fongicides.

Récoltez de la fin d’avril au début de juin et conservez sous forme d’ensilage ou d’enrubannage, en fonction de l’objectif de rendement final. Une récolte précoce pour un méteil de qualité (riche en MAT). Une récolte tardive pour maximiser le rendement (jusqu’à 12 t MS/ha).

Plus de grain ? Associez pois d’hiver et blé tendre d’hiver

Très répandue en agriculture biologique, cette association se démarque par sa résilience face aux adventices, maladies et ravageurs. La stabilité du rendement (de 30 à 60 q/ha en agriculture biologique selon les régions) est le principal avantage de cette association comparée aux cultures pures.

Programmez le semis de la mi-octobre jusqu’à la mi-novembre. Il importe d’éviter un développement trop précoce.

Semez de 150 à 250 g/m² pour le blé, et de 60 à 80 g/m² pour le pois. L’objectif de récolte en fonction des débouchés commande d’adapter : blé 150 g/m² + pois 80 g/m² privilégie le pois, blé 250 g/m² + pois 40 à 60 g/m² pour un objectif blé.

Surveillez. L’objectif grains étend la période de culture, ce qui peut rendre nécessaire la protection de la culture.

Récoltez à maturité complète, en veillant au bon réglage de la moissonneuse-batteuse, afin de limiter la casse des protéagineux. Les pois actuels arrivent à maturité avant le blé, ce qui favorise l’égrainage et la casse. Mais le développement de nouvelles variétés, plus sensibles à la photopériode, permettra de caler leur maturité avec celle du blé.

Le + azoté avec une interculture féverole, moutarde et avoine

C’est une recette qui fixe l’azote (féverole) et garantit l’apport de nouvelles unités (la seule moutarde ne fait que piéger les nitrates disponibles). Les possibilités d’associations plus élaborées sont multiples. On peut y ajouter du radis, de la phacélie, de la vesce…

Programmez. Cette association est adaptée pour une interculture longue ou courte, avant un semis d’automne, à condition de compter sur un apport en eau suffisant pour un semis d’été.

Semez de 20 à 40 g/m² de féverole, complétés par les autres espèces, pour obtenir une bonne centaine de plantes par mètre carré. Le développement de variétés telles que Nanaux (féverole à PMG deux fois plus faible) préfigure un coût de semence réduit et une plus grande facilité de semis.

Agri-Obtentions

 

Plus sur le dossier « Les cultures fourragères dans l’air du temps » :