Julien Messer est installé avec ses parents et son épouse à Durningen, près de Strasbourg (Haut-Rhin). À la tête d’un troupeau de 100 Prim’holstein, les quatre associés de l’EARL Saint-Ulrich produisent un million de litres de lait par an qu’ils transforment eux-mêmes. Yaourts, beurre et crème sont ensuite vendus sur les marchés de la région et dans le circuit des GMS. Pour préserver le lait des variations de goût, les vaches sont gardées en bâtiment toute l’année. Les éleveurs se soucient de leur fournir un maximum de confort. En plus de vouloir le meilleur pour leurs vaches, ils sont conscients que de leur bien-être dépend leur niveau de performance. Quand la construction d’une nouvelle stabulation a été décidée en 2014, le choix des matériaux notamment a été particulièrement réfléchi : poteaux métalliques, fermes en lamellé-collé pour la structure, bardage bois, plaques de fibre-ciment ondulées Eternit pour la toiture.

Des plaques en fibres-ciment de 1999 toujours en parfait état

« Après la tempête de 1999, un tiers du toit du bâtiment des génisses avait été reconstruit avec ce type de plaques, toujours en excellent état aujourd’hui », confie l’éleveur. « Nous avons noté un effet très positif de ce matériau, notamment sur l’hygrométrie. Le choix pour le bâtiment neuf s’est donc imposé naturellement. » Inoxydables et imputrescibles, les plaques ondulées en fibres-ciment se distinguent par leur longévité. Insensibles au gel et à l’humidité, leur durée de vie normale dépasse les 30 ans.

Maîtriser l’hygrométrie et maintenir une ambiance saine

Mais c’est surtout leur perméabilité à la vapeur d’eau qui rend les fibres-ciment Eternit particulièrement adaptées aux bâtiments d’élevage. « Dans notre cas, reprend Julien Messer, la configuration du terrain a imposé un bâtiment quasiment carré, 50 m de large et 66 m de long, orienté est-ouest, avec des besoins de ventilation importants. Maîtriser l’hygrométrie et maintenir une ambiance saine faisaient partie des priorités ». La capacité d’absorption de 4,5 l/m² des plaques de fibre-ciment ondulées Eternit a ainsi considérablement réduit la condensation, problème soulevé par l’ancien bâtiment. La hauteur sous pignon élevée (11,6 m) a également limité l’accumulation, sous la toiture, de poussière, émise au passage de la pailleuse, préservant ainsi toute l’efficacité du matériau. « On a moins de problèmes de toux, ou de teigne. Le bâtiment respire mieux. Je ne vois pas de gouttelettes. »

Lumière et acoustique favorisent le calme

Julien Messer a choisi des plaques simples, non doublées. Grâce à une ventilation naturelle efficace et un système de brumisation, un écart de 8 à 10°C avec l’extérieur est maintenu l’été. 10 % de la surface du toit est occupée par des plaques translucides. Le jeune éleveur n’a constaté aucune montée en température par temps ensoleillé. « Le bâtiment doit être suffisamment haut pour l’éviter. » La luminosité naturelle favorise le calme du troupeau, tout comme la qualité acoustique du matériau. La masse et le profil des plaques de fibre-ciment ondulées Eternit atténuent fortement le bruit de la pluie par rapport à une couverture en bac acier.

Un coût équivalent à celui du bac acier

L’éleveur estime avoir gagné un litre de lait par vache depuis l’installation dans le nouveau bâtiment. « C’est le résultat d’un ensemble de paramètres combinés. On ne peut pas imputer cette hausse uniquement au choix des matériaux de couverture, mais cela en fait partie. Je ne reviendrais pas sur mon choix, d’autant que le coût n’a pas excédé celui d’une couverture métallique. C’est un plus pour le bien-être des animaux, mais aussi pour nos conditions de travail et celles des salariés. Et lorsque nous recevons des visiteurs, les retours sont toujours positifs. L’ambiance générale renvoie l’impression d’un bâtiment traditionnel… en mieux ! »

Eternit

Découvrez-nous.

 

Plus sur le dossier :