Le service des agroéquipements des chambres d’agriculture a établi, comme chaque année, les coûts indicatifs d’utilisation des matériels agricoles pour 2018. Pour en faciliter la compréhension, des coûts de chantier (tracteur + outil) ont été calculés pour les matériels les plus empruntés. Le choix du tracteur est basé sur la meilleure adéquation « tracteur-outil » permettant de réaliser le chantier dans les conditions optimales en fonction de la surface à travailler. Ces coûts de chantier donnent un tarif moyen, utilisable dans le cadre des échanges de services. Ce ne sont pas des tarifs d’entreprise.

Temps de travaux en jours disponibles. C’est l’estimation du nombre d’heures par an jugées nécessaires pour réaliser le chantier dans de bonnes conditions, avec les outils choisis. Ce temps « optimal » varie selon les réglages des outils, les « plages météo », le type de sol, le niveau d’exigence de chacun en termes de qualité de travail et de prise de risque.

Carburant nécessaire. C’est la quantité de carburant consommée par chaque opération culturale, en litres par hectare ou par heure. Elle tient compte du taux de charge du moteur du tracteur ou de l’automoteur. On retient 40 % pour les travaux légers et 80 % pour les travaux lourds. Le coût du carburant est fixé à 0,65 €/l pour 2018 (0,60 €/l en 2017).

Coût de chantier, hors carburant et hors main-d’œuvre = charges fixes du tracteur et du matériel (amortissements, intérêts de 2 % du capital engagé, remisage et assurance) + charges variables du tracteur (pneumatiques, entretien-réparation et lubrifiants à 3,5 €/l). Les amortissements sont calculés à partir d’une valeur d’achat moyenne en neuf (tous constructeurs confondus) et tiennent compte de la valeur de revente du bien. Ce ne sont pas des amortissements comptables.

Coût de la main-d’œuvre. Il est de 17 €/h. Ce coût TTC peut varier selon le type de matériel et la qualification du chauffeur.

Sans TVA. Les prestations réalisées lors de l’entraide ne sont pas soumises à la TVA. Attention cependant, les travaux facturés entre agriculteurs, qui n’entrent pas dans le cadre de l’entraide, sont pour certains soumis au taux normal de TVA de 20 % : semis, plantations, traitements des cultures… Et pour d’autres, au taux réduit de TVA de 10 % : labour, ensilage, fauche, pressage des fourrages et de la paille, récolte des céréales, arrachage des pommes de terre, betteraves. Contactez votre comptable pour connaître le taux approprié.