« Dans les années soixante-dix, mon père était membre du Covapi (Comité de valorisation pour la production fruitière intégrée). Grâce à ce groupe de portée nationale, il a eu beaucoup de contacts avec la recherche et le développement. Cela l’a amené à travailler sur nos pommiers avec le service de la protection des végétaux. Dès mon enfance et au fil des années, j&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !