Un groupe de travail, lancé par le ministère de l’Agriculture, planche sur les conditions d’octroi. Sont aujourd’hui considérées les recettes des trois derniers mois pour les salariés, et les « recettes N-1 »/12 pour les exploitants. Or la forte volatilité des revenus rend le système inadéquat pour les seconds.

à suivre