Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La qualité s’exporte

réservé aux abonnés

 - -->
Près de la moitié des exportations de poulets label rouge sont destinées à l’Allemagne et à la Belgique. © S. CHAMPION

S’appuyant sur son mode de production, le label rouge développe ses ventes vers l’Europe.

En 2017, les filières volailles de chair ont souffert des conséquences des épizooties d’influenza aviaire. Les signes de qualité n’y ont pas échappé. Ainsi, la production sous label rouge a reculé de 4 % par rapport à 2016, à 106 millions de volailles.

Pour autant, l’optimisme est de mise, les signes de qualité bénéficiant de la demande montante en produits de qualité, y compris à l’export. « Aujourd’hui, 5 % des labels rouges sont exportés, essentiellement vers l’Europe, soit 5 500 tonnes », précise Marie Guyot, directrice du Syndicat nationale des labels avicoles de France (Synalaf).

Doubler les volumes

L’Europe est le débouché essentiel. Si 47 % des volumes sont envoyés vers la Belgique et l’Allemagne, en léger retrait par rapport aux années précédentes, la Scandinavie et l’Europe centrale montent en puissance. Et le Synalaf ne compte pas s’arrêter là. « Dans le plan de filière, il est prévu de doubler les exportations d’ici cinq ans, pour passer à 11 000 tonnes en 2022. » Pour appuyer ce débouché, une campagne de communication sur trois ans est prévue, avec un cofinancement européen. Quatre pays sont ciblés : l’Allemagne et la Belgique, mais aussi la Suède et les Pays-Bas. « Les consommateurs de ces pays sont les plus sensibles au bien-être animal, et le label rouge est la production présentant le plus haut niveau d’engagements sur ce point, souligne Marie Guyot. Or, ces pays produisent énormément de volailles standard (97 % en Allemagne), ainsi que du bio, mais n’ont aucun équivalent au label rouge. »

En Allemagne et en Belgique, la filière vise la grande distribution. En Suède et aux Pays-Bas, elle cible les grossistes, la restauration gastronomique, mais aussi la restauration collective. « Cette dernière a un objectif imposé de 30 % de bio en Suède, et ce chiffre devrait passer à 60 %. Nous essayons d’y intégrer le label rouge, dont le mode de production est proche du bio, tout en étant moins cher… »

Les pays d’Asie, amateurs de gastronomie française, sont une cible potentielle, mais la grippe aviaire a fermé leurs frontières.

Elsa Casalegno
Surtout des poulets entiers

Les exportations de volailles labels ont augmenté de 6 % par rapport à 2016, mais sont en retrait par rapport à 2015. Elles se font principalement sous forme de poulets entiers (81 % des volumes, en hausse de 7 % par rapport à 2016). Néanmoins, les découpes se développent : les tonnages ont ainsi progressé de 5 % par rapport à 2016.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !