Depuis l’apparition dans le pays des premiers cas de peste porcine africaine en août 2018, « la demande de volaille s’est significativement accrue, notamment auprès d’opérateurs de la restauration collective, qui ont substitué de la viande de porc par du poulet », rapporte Abcis (1). Pour 2019, le ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA) anticipe une progression de 9 % de la consommation chinoise de poulet, par rapport à 2018. « 90 % de ette croissance devrait être couverte par une augmentation de la production, et 10 % par une croissance significative des importations (108 000 t supplémentaires) ».

(1) Chine Abcis, lettre de veille n°27-28