Le report de la consommation des ménages français pendant le confinement se ressent sur les abattages des bovins. D’après l’institut IRi, de mi-mars à la dernière semaine d’avril 2020, les ventes de haché surgelé et réfrigéré ont progressé de 55 % et de 30 %, respectivement. Portés par cette hausse de la demande, les abattages de vaches laitières augmentent de 4,4 % en avril sur un an, tandis que l’activité baisse dans toutes les autres catégories. « Les abattages de vaches allaitantes reculent de 1,7 % sur un an », rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, le 29 mai. Les abattages de bovins mâles de 8 à 24 mois se replient de 15 % en nombre de têtes par rapport à l’année précédente, « dans un contexte d’offre d’animaux limitée dans les exploitations et de cours en baisse », complète Agreste. La filière veau de boucherie, particulièrement impactée par la fermeture de la restauration hors foyer, voit son activité d’abattage chuter de 11 % sur la même période.

Lucie Pouchard