Sur les 30 animaux présentés à la vente de reproducteurs rouges des prés de la station de contrôle individuel du Domaine des rues (Maine-et-Loire) le 11 avril, 24 bêtes ont trouvé preneur au prix moyen de 3 404 €. « Le taureau vendu le plus cher est Objet, porteur du gène culard, né à l’EARL la Porterie (Maine-et-Loire), et adjugé à 7 100 €. Il prendra ses fonctions de reproducteur...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
79%

Vous avez parcouru 79% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Toutes les catégories affichent des niveaux stables

L’ambiance commerciale est habituelle pour la saison. Les acheteurs expriment de faibles besoins, mais de façon très ciblée. Dans les femelles haut de gamme, les transactions se montrent plus calmes. La boucherie traditionnelle, qui gère ses stocks en fonction des départs en vacances, réduit sensiblement sa demande.