Les tarifs sont stables pour les prim’holsteins et normands. Les abondances et montbéliards profitent de la demande à l’export. Les prix des croisés laitiers, jaunes ou blanc bleu se maintiennent. Les blonds d’Aquitaine restent malmenés. Les prix des charolais et limousins se stabilisent. En veaux de boucherie, le commerce est difficile. Les intégrateurs tentent de limiter les retards de sortie.

Votre analyse du marché - Veaux

Les prix restent sous contrôle

Face à la hausse de leurs coûts de production, les intégrateurs cherchent à garder la main sur le prix des veaux laitiers. Sans réelle concurrence émanant du marché espagnol, également contraint par la hausse des aliments, les cours ne bougent pas malgré le recul de l’offre.