« La production de pommes bio a dépassé les 100 000 t pour la récolte 2019, soit une hausse de 30 % qui va à nouveau se produire en 2020 (sauf aléas climatiques) pour atteindre 130 000 t. Depuis deux ans, la production va plus vite que la consommation, avec une forte vague de conversions et plantations de vergers bio dans tous les bassins de production. Au regard de l’évolution de la consommation, il y aura très probablement un déséquilibre offre/demande dès la récolte prochaine. La pomme bio ne représente que 8 % de parts de marché du rayon pommes, et la balance offre et demande s’équilibre au niveau national. La variable d’ajustement se situe à l’export, avec cette année une récolte déficitaire en Europe, notamment en Allemagne. En France, le débouché le plus dynamique est la grande distribution, avec des enseignes qui veulent proposer plus de produits sains et responsables. L’avenir de la filière se joue sur les marchés, avec des distributeurs qui développent des gammes bio plus larges et plus accessibles, et sur des rendements réguliers pour assurer la pérennité des exploitations. La restauration collective est un débouché important. La loi Egalim va nous aider à nous développer davantage sur ce circuit. Cependant, en raison des contraintes liées au coût par portion, elle s’oriente plutôt vers des petits calibres. Les autres doivent donc être valorisés ailleurs. »