Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Toujours plus d’alternatif

réservé aux abonnés

 - -->

En France, la production et la consommation d’œufsen système hors cage poursuivent leur progression.

L’œuf ne connaît pas de crise de consommation. Après une progression de 1,9 % en volume et 3,5 % en valeur sur un an en 2018, les ventes en grande distribution restent favorables. « Sur le premier semestre, elles augmentent de nouveau de 1,8 % en volume par rapport à l’an passé et la tendance devrait se confirmer en valeur », souligne Maxime Chaumet, secrétaire général du Comité national de la promotion de l’œuf (CNPO).

En juillet dernier, les achats des ménages en magasins représentaient en volume 48 % de la consommation française totale. Sur ce débouché, la part des œufs produits en systèmes alternatifs à la cage constitue 56 % des ventes sur le premier semestre de cette année, contre 52 % sur la même période en 2018.

Ceux issus de systèmes en plein air (dont le label rouge) expliquent 32 % des achats, suivis des bio (19 %) et au sol (5 %). « De janvier à juillet, un ménage sur trois a acheté des œufs bio, rapporte Maxime Chaumet. C’est une progression de 11,7 % par rapport à l’an passé. » Quant aux systèmes en plein air et au sol, « les achats sont de plus en plus dynamiques, poursuit-il. Entre janvier et juillet, les Français ont acheté 911,5 millions d’œufs de plein air, soit une augmentation de 16,2 % sur un an et plus de 117 millions de ceux issus de poules élevées au sol, soit un bond de 63,2 %. » En juillet 2019, les œufs issus de systèmes en cages formaient toujours 44 % des achats en magasins.

La cage domineen ovoproduits

Concernant les ovoproduits, qui expliquent 39 % de la consommation d’œufs en France, la progression des systèmes alternatifs est moins marquée. « En sept ans, nous enregistrons trois fois plus d’œufs alternatifs », souligne toutefois Loïc Coulombel, vice-président du CNPO. En 2018, ceux issus de poules élevées en cages représentaient 71 % des fabrications d’ovoproduits, devant le plein air (14 %), les systèmes au sol (13 %) et le bio (2 %).

Vincent Guyot

La transition des élevages s’accélère

« En dix ans, la part des poules en élevages alternatifs a plus que doublé », se félicite Loïc Coulombel, vice-président du CNPO. Alors que la filière s’est fixée comme objectif d’atteindre 50 % d’œufs produits en systèmes hors cage à l’horizon 2022, « il devrait être atteint dès 2021 ». La dynamique est notamment marquée en poules pondeuses bio, dont les mises en place ont augmenté de 27 % sur un an au premier semestre 2019.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !