Le lait bio fait son entrée dans l’observatoire des “pros du lait” (1), édité par le mensuel L’Éleveur laitier.

Huit laiteries ouvrent le bal : Eurial et Biolait au niveau national, Lactalis, Sill, Saint-Père, Triballat et Sodiaal en Bretagne-Pays de la Loire, et enfin Danone pour la Normandie.

Bel et Laïta pourraient être les prochaines à entrer dans la danse.

Le prix affiché dans l’observatoire « est calculé pour un lait à 41 de TB et 32,5 de TP, avec moins de 180 000 cellules, de 18 000 germes et de 700 spores butyriques », précise le mensuel, le tout avec une saisonnalité correspondant aux moyennes françaises. Les primes propres à la laiterie sont également prises en compte.

Sur l’année 2019, Biolait et Danone se détachent du lot « avec des prix relativement bas pour le premier et élevés pour le second. » L’écart se chiffre à 45 €/1 000 litres entre les deux industriels.

Biolait accuse des coûts de collecte plus élevés du fait de son maillage étendu sur le territoire.

Chez Danone, une saisonnalité moins marquée et le versement de primes importantes (bien-être, herbe, régularité) font la différence.

(1) Voir sur prosdulait.fr