Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Croissance durable

réservé aux abonnés

 - -->
En 2016, la France comptait 794 exploitations de poulets bio (+ 5 % par rapport à 2015). © C. THIRIET

Ce marché de niche connaît une progression régulière depuis plusieurs années.

Le marché des volailles biologiques, essentiellement des poulets, se porte bien. « Sur les neuf premiers mois de l’année, il est en croissance de 14 % par rapport à la même période en 2016 », explique Juliette Protino du Synalaf (1). Depuis 2010 déjà, la production française connaissait une progression annuelle de 10 %. Ces dernières années, la tendance s’est amplifiée. Des chiffres à relativiser toutefois, compte tenu des volumes. « Le poulet bio reste un marché de niche par rapport au poulet standard, ou au label rouge », reconnaît la chargée de mission. En 2016, les mises en place en bio ont été de 9,7 millions de têtes, selon l’Agence bio, ce qui ne représente que 1 % des abattages en France.

Les poulets bio prennent de l’ampleur dans le panier des Français. Selon les chiffres Kantar Worldpanel, le poulet prêt à cuire (PAC) bio représente 9,6 % des achats des ménages en grandes et moyennes surfaces (GMS) et dans les circuits spécifiques. Une augmentation de 1,2 % par rapport à 2015. Il progresse également sur les découpes, même si le bio est beaucoup moins présent (4 %) que le poulet standard (59 %). En GMS, le prix moyen du poulet PAC bio était de 9,60 €/kg en 2016, en augmentation de 1,4 % par rapport à 2015 (2), avec des promotions quasi inexistantes.

Des consommateurs plus jeunes

Le bio se démocratise. Il attire de plus en plus des consommateurs jeunes, issus de catégories socioprofessionnelles moins aisées. Aujourd’hui, 97 % des consommateurs connaissent le logo AB. À l’avenir, le Synalaf souhaite aussi augmenter la part du bio dans la restauration.

Isabelle Lejas

(1) Syndicat national des labels avicoles de France, représentant 90 % de la production bio hexagonale.

(2) Source : Réseau des nouvelles des marchés.

10 % de la production exportée

La France est le premier producteur de poulets bio dans l’Union européenne (17 millions de têtes), devant l’Italie, la Belgique et le Royaume-Uni. Les exportations de volailles biologiques représentent 10 % de la production nationale, soit 1 142 tonnes en 2016 (+ 13 % par rapport à 2015). Elles sont essentiellement destinées au marché européen (deux tiers des volumes vers la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas). Il s’agit à 56 % de découpes. Malgré les spécificités françaises – âge à l’abattage de 81 jours, plus élevé que dans certains pays – et la concurrence des productions nationales et des productions alternatives, le poulet bio séduit certains marchés à l’exportation.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !