Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Recalibrer l’offre

réservé aux abonnés

 - -->
La France exporte depuis longtemps des poulets surgelés légers (1 kg) vers le Moyen-Orient. © Th. PASQUET

Les volumes expédiés vers les pays du golfe Arabique ont été divisés par trois en cinq ans.

La filière poulet export ne s’est pas remise de l’arrêt des subventions à l’exportation en 2013, annoncé dès 2005, mais que les opérateurs n’ont pas su anticiper. De 240 000 tonnes équivalent carcasse (tec) jusqu’en 2013, les volumes vendus au Proche et au Moyen-Orient se dégradent, passant à 133 000 tec en 2017 (un recul de 44 % par rapport à 2012). Le premier semestre de 2018 prolonge cette tendance baissière, en retrait de 6 % par rapport au premier semestre 2017.

« Il y a un recalibrage de la filière grand export », qui se recentre sur l’Arabie saoudite, en abandonnant ses autres marchés traditionnels du Moyen-Orient (Oman, Qatar, Yémen, Émirats arabes unis…), commente Pascale Magdelaine, de l’Itavi. La longue agonie de Doux et de Tilly Sabco illustre ce déclin (1). L’un des deux abattoirs de Doux a fermé, celui de Chantonnay (Vendée). Et Châteaulin (Finistère), repris par son principal client, le saoudien Almounajem (via la société France Poultry), tournera avec des volumes beaucoup plus faibles. France Poultry a un objectif de 280 000 tonnes par jour de poulets légers congelés, spécifiques à ce marché, soit 85 000 tec par an destinées à l’Arabie saoudite.

Concurrence rude

La volaille est la viande la plus consommée au monde depuis deux ans, détrônant le porc. Mais la concurrence à l’export est trop rude pour la France. « Selon l’institut Wageningen Economic Research, les coûts de production en 2015 sont de 152 €/100 kg carcasse sortie abattoir dans l’UE, contre 106 € au Brésil et 112 € en Ukraine », rappelle Pascale Magdelaine (2).

Elsa Casalegno

(1) Les activités amont de Doux ont été reprises par les groupes LDC, Almunajem, Terrena, Triskalia et la Région Bretagne. Tilly Sabco a été liquidé en avril. (2) Voir La France agricole du 6 avril 2018, p. 7.

Se réorienter vers le marché intérieur

Inscrite dans le plan de filière volailles, la reconquête du marché intérieur est le chantier prioritaire des prochaines années. Il s’agira d’effectuer la montée en gamme réclamée par les consommateurs, tout en restant compétitif par rapport aux concurrents européens. Les importations de poulet (520 000 tec, dont 95 % en provenance de l’UE) alimentent 43 % de la consommation française et préemptent plus de 80 % des approvisionnements de la restauration hors domicile, entretenant le déficit commercial hexagonal. Il y a donc une place à prendre pour la production nationale (1,05 million de tec), quand cette dernière sera réorganisée. Presque tous les éleveurs Doux ont été repris par LDC et Terrena, mais le nouvel abattoir LDC à Châteaulin n’entrera en fonction que dans deux ans. D’ici là, les vides sanitaires vont s’allonger

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !