C’est, en tonnes équivalent carcasse (téc), la progression des abattages de janvier à novembre 2018, par rapport à 2017. Les abattages progressent moins vite en têtes (+0,9 %), en raison d’un poids moyen en hausse de 2,6 %. Selon l’Institut technique de l’aviculture (Itavi), cette tendance est liée aux « baisses de production du poulet léger type « grand export », ainsi qu’aux stratégies de reconquête du marché intérieur sur la découpe, qui oriente la production standard vers des souches plus lourdes ». Sur la même période, les exportations françaises de poulet vers l’Union européenne progressent de 18,7 % en volume, et de 13,6 % en valeur. A contrario, ils reculent vers les pays tiers de 14,3 % en volume, et de 8,2 % en valeur.