Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Porc La demande asiatique soutient les prix

réservé aux abonnés

 - -->
L’offre françaisese caractérisepar une progressiondes poids d’abattage. © Sébastien Champion

Malgré une offre soutenueet la baisse saisonnièrede la demandesur les marchés intérieurs européens,les cotationsse maintiennentà un niveau élevé.

Avec un cheptel porcin décimé par l’épizootie de peste porcine africaine (PPA), la demande chinoise de viande de porc ne se dément pas et devrait s’accélérer dans les prochaines semaines. « Des importations massives sont attendues au moins jusqu’à début décembre en vue des festivités liées au nouvel an asiatique, fixé le 25 janvier 2020, précise le Marché du porc breton (MPB), dans sa note de conjoncture. Cette demande coïncide également, en Europe, avec les préparatifs des fêtes de fin d’année, où l’activité des usines de transformation est soutenue. »

De même, les besoins pourraient s’affirmer de la part d’autres pays d’Asie du Sud-Est. « Le virus a désormais atteint la Corée du Nord et du Sud, les Philippines, le Vietnam, le Cambodge, le Laos et Myanmar, souligne Jan-Peter Van Ferneij, économiste à l’Institut du porc (Ifip). Dans ces pays, la demande dépendra des prix pratiqués. »

En Europe, les exportateurs continuent de profiter pleinement de cet appel d’air. D’après Eurostat­,­ de janvier à août 2019, les exportations communautaires (UE à vingt-huit) vers les pays tiers ont progressé de 15,2 % sur un an et de 48 % vers la Chine. En août dernier, l’empire du Milieu absorbait plus de 50 % des volumes européens. « Cette prépondérance des achats chinois laisse moins de volumes aux autres importateurs », observe le MPB.

Le marché du porc danois témoigne de cette dynamique commerciale, enregistrant cinq hausses successives de son prix d’acompte en octobre. En Allemagne, « le marché se caractérise par une grande stabilité de son cours à un niveau élevé depuis deux mois, malgré des réductions d’activité liées aux jours fériés, mais aussi dans un contexte de baisse de la production d‘environ 4 % ».

En France et en Espagne, la progression des poids d’abattage s’additionne à la hausse de l’offre, venant enrayer l’ascension du prix du porc en octobre. « Ce phénomène peut s’expliquer par les retards d’abattage de l’été dernier. Toutefois, c’est également une tendance forte liée à la génétique des animaux », note Jan-Peter Van Ferneij.

La chine multiplieles agréments d’abattoirs

Si les exportateurs européens restent les premiers fournisseurs de la Chine, la concurrence pourrait se renforcer. « Le pays cherche à faciliter ses approvisionnements à travers le monde », relève l’économiste. Selon le MPB, sept nouveaux abattoirs brésiliens ont été agréés en début d’automne. « Ces entreprises seront habilitées à vendre six types de sous-produits : pieds, langues, museaux, joues, oreilles et queues. »

Après la fermeture du marché chinois au porc canadien en juin dernier, Justin Trudeau, premier ministre du Canada, a annoncé, le 5 novembre, la reprise des exportations vers la Chine.

Vincent Guyot

Une production européenne attendue à la baisse, début 2020

Selon Eurostat, la production porcine européenne (Union européenne à vingt-huit) devrait reculer de 1,7 %, à 130 millions de têtes, sur le premier semestre 2020, par rapport à 2019. « Ces prévisions concordent avec la réduction des effectifs de truies observée dans les résultats des enquêtes cheptel nationales de printemps », note l’Institut du porc (Ifip). La production devrait notamment reculer en Allemagne (- 4,6 %), en France (- 1,8 %), et en Pologne (- 15,6 %), mais progresser au Danemark (+ 4,2 %). Alors que les exportations vers les pays tiers devraient rester dynamiques l’an prochain en raison de la demande asiatique, cette situation « imposera une certaine pression sur la consommation au sein de l’UE », estime l’Ifip.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !