Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Optimisme pour la campagne

réservé aux abonnés

 - -->

Les récoltes débutent avec une production française estimée en hausse et présentant une bonne qualité.

«Nous prévoyons une récolte de pommes françaises à 1,370 million de tonnes­ (Mt), informe Daniel Sau­vaître, président de l’Association nationale pommes poires (ANPP). C’est plus qu’en 2020, qui avait présenté une floraison moins abondante (liée à l’alternance). Cela reste toutefois une petite récolte car nous disposons d’un potentiel de 1,650 Mt. »

Demande soutenue

C’est malgré tout bien meilleur que ce que les producteurs escomptaient après les fortes gelées d’avril. Au stade où elles ont eu lieu, il y a certes eu de gros dégâts sur les fleurs ouvertes, mais il en restait encore beaucoup d’autres à venir. « C’est moins vrai dans le grand Sud-Est (vallée du Rhône, Provence, Languedoc-Roussillon), où les vergers étaient plus avancés », ajoute Daniel Sauvaître.

Si pink lady, très présente dans le Sud-Est, pourrait con­naître une baisse de production, toutes les variétés devraient figurer sur le marché cette année. Avec la faible collecte de l’an passé, on observe un creux en ce début de saison. Concernant les premières récoltes 2021 du Sud-Est, la demande pour les pommes­ françaises, notamment gala, est très forte aussi bien en France que sur les marchés européens, avec des prix élevés. « Cela laisse présager d’une campagne avec un rapport offre/demande de très bon augure pour la production et qui pourrait se maintenir pour les variétés sous licence (comme pink lady, juliet…) et franco-françaises (belchard, reine des reinette, canada grise, rubinette…) produites et consommées en France », complète l’ANPP.

En revanche, cela pourrait être plus difficile ensuite pour les variétés internationales, comme gala, dont la production est élevée en Europe. Elle doit être exportée et notre pays est très concurrencé vers le Moyen-Orient, notamment par la Turquie, la Serbie, l’Ukraine, la Pologne…, des pays plus compétitifs.

C.F.

UE : une très faible récolte de poires

La poire a bien plus souffert du gel. S’agissant d’une espèce plus précoce que la pomme, iI n’y a pas eu d’effet de rattrapage. La récolte européenne de poires serait de ce fait la plus faible depuis 1991.

Elle est attendue à 1,604 Mt (- 28 % comparée à 2020) par l’Association mondiale de la pomme et de la poire (Wapa).

La production française est, quant à elle, estimée à 57 000 t (contre 133 000 t en 2020).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !