Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Chute de production

réservé aux abonnés

 - -->

Précoce, la récolte des pommes sera également réduite de 9 % en volume par rapport à l’an dernier.

La production française de pommes atteindra 1,38 million de tonnes en 2020, selon les estimations d’Agreste (1) au 1er août. Elle marque un recul de 9 % par rapport à l’an dernier et à la moyenne quinquennale des récoltes de 2015 à 2019. « Dans la plupart des régions, l’alternance est marquée essentiellement en variété golden, dont la production chuterait de 19 % sur un an. L’éclaircissage a été faible. »

10 à 15 jours d’avance

La récolte est précoce cette année. « Le grossissement des fruits est en avance de dix à quinze jours par rapport à 2019, constate le ministère de l’Agriculture. La production dépendra, pour partie, des calibres des fruits. »

Cependant, des disparités existent entre les régions. La production est prévue en baisse de 5 % en vallée de la Garonne, après une bonne année 2019. « La charge des arbres est réduite, conséquence de l’alternance et d’une nouaison déficitaire, notamment en gala », explique le ministère. En revanche, la récolte est attendue en hausse de 4 % en Languedoc-Roussillon, notamment en pink et granny, et ce malgré une floraison réduite.

En Paca, elle est estimée « quasi stable sur un an, et inférieure au niveau moyen pour la troisième année consécutive », indique Agreste. Le gel printanier n’a pas affecté les productions de manière significative. L’alternance en golden est cependant marquée, notamment dans les Alpes, où la production chuterait de 20 % par rapport à une année standard.  En Pays de la Loire, la récolte est prévue en baisse, conséquence d’une diminution des surfaces et des rendements, et en avance d’une dizaine de jours, comme en Centre-Val de Loire. En Aquitaine et Limousin, « la production est prévue comme l’une des plus faibles des dix dernières années, mais avec des calibres élevés », observe Agreste. En vallée du Rhône aussi, elle devrait être inférieure à la récolte abondante de 2019, et en avance de quinze jours.

Justine Papin

(1) Service statistique du ministère de l’Agriculture.

Les exportations se redressent

« Pour la période d’août 2019 à mai 2020, les volumes exportés se redressent, sur un an, vers les pays tiers (+ 10 %), après leur chute lors de la campagne précédente », mais ils restent inférieurs de 23 % à la moyenne 2015-2019, note le ministère de l’Agriculture. La demande est bien orientée, notamment vers le Moyen-Orient. Les volumes à l’exportation vers l’UE augmentent de 12 % sur un an, mais sont inférieurs de 21 % à la moyenne quinquennale 2015-2019.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !