« Les difficultés actuelles de Doux et de Tilly Sabco (lire page 19) ne sont que la conclusion de l’histoire, depuis le premier dépôt de bilan de Doux en 2012 et la fin des restitutions aux exportations en 2013. Sans ces restitutions, la filière grand export française ne peut pas être compétitive sur le marché des petits poulets de 1 kg, destinés aux pays du Golfe. Le différentiel de compétitivité...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !