Dominique Lammin, chargé d’affaires et relations publiques au port de Dunkerque

« Le port de Dunkerque est le troisième de France et le onzième européen. En 2014-2015, nous avons exporté 3 millions de tonnes de céréales. Nous ne jouons pas dans la même cour que Rotterdam, par exemple, qui importe et exporte des volumes dix fois plus importants. Nos ambitions restent régionales et nationales. Nous mettons en œuvre de nombreux projets pour améliorer notre compétence logistique et augmenter ainsi la compétitivité de la France à l’export. Nous sommes passés d’une capacité de stockage de 27 000 t en 1985 à 340 000 t cette année. En plus des capacités de stockage, la polyvalence est l’atout majeur de ce noyau logistique. C’est l’intermodalité qui influe sur la performance logistique, comme levier de différenciation commerciale (route, rail, eau). Il est ainsi nécessaire de créer des partenariats entre les filières, afin de rendre plus efficace chaque mode de transport et améliorer globalement la performance logistique de la filière céréalière française. Enfin, pour devenir plus compétitif, l’amélioration des cadences de chargement et déchargement sur le port est essentielle. »