Christophe Dequidt, auteur du « Tour du monde des moissons » (1)

« L’Inde et la Chine ont produit à elles seules 200 Mt de blé tendre, parmi les 750 Mt récoltées dans le monde en 2016. Uniquement 20 % de la production mondiale de blé est commercialisée. Sept pays mettent en marché plus de 75 % du blé échangé dans le monde, parmi lesquels l’UE, l’Ukraine, l’Argentine, les États-Unis… La concentration est d’autant plus forte à l’importation car elle se résume souvent à l’Égypte, où le pain est la base de l’alimentation. Le marché du maïs est encore plus concentré. Quatre pays exportent 85 % du maïs dans le monde : les États-Unis, le Brésil, l’Argentine et l’Ukraine. À l’importation, on retrouve en majeure partie le Japon et le Mexique. C’est finalement le soja qui présente la concentration la plus extrême. Les États-Unis et le Brésil regroupent à eux seuls 85 % des exportations mondiales. La Chine en achète près de 60 %. On remarque la prédominance des États-Unis sur les marchés des grains. Si un problème climatique devait arriver là-bas, de nombreux pays importateurs se retrouveraient en difficulté et tous les marchés pourraient se tendre. Ce constat questionne sur les enjeux alimentaires de différents États comme l’Égypte, dépendante de ses importations. »

(1) Édition France agricole