Yann Morel, directeur de Cooperl Chine (1)

« Après un pic au printemps 2016 (plus de 19 RMB/kg, soit 2,50 €/kg) lié à une baisse de la production, le prix du porc en Chine a ensuite chuté à 13 RMB/kg, l’équivalent du coût de production dans les fermes modernes. Depuis début 2017, il connaît une certaine stabilité (autour de 14 RMB/kg, soit 1,79 €/kg). Mais ce prix devrait augmenter à nouveau, en raison des fêtes à venir. Il existe deux périodes clés en Chine : les fêtes de printemps liées au nouvel an chinois (le 16 février 2018), et les fêtes d’automne, en octobre. Habituellement, ces dernières durent un ou deux jours. Or cette année, elles vont se prolonger une semaine, au cours de laquelle les salariés consomment. Ainsi, lors du nouvel an chinois, ils dépensent en moyenne 2,5 à 3 mois de salaire. Le cours du porc devrait donc augmenter prochainement, et se maintenir jusqu’aux fêtes de printemps. Ensuite, il devrait baisser car la transition du système des petites fermes à des fermes modernes avance à grand pas, avec une augmentation de cheptel importante. Il faut rester vigilant ! La Chine va chercher à tout prix à réguler le prix du porc, facteur de stabilité sociale. Son seul moyen est de le faire via les importations, en bloquant certains agréments comme elle l’a fait avec l’allemand Tönnies dernièrement. »

(1) Intervention le 15 septembre au Space lors des matinales de l’Ifip.