Les attaques de bruche ont mis à mal les rendements 2017 de la féverole de printemps qui oscillent entre 30 et 35 q/ha. Elles influent aussi directement sur la qualité visuelle des graines. Les récoltes se font dans de bonnes conditions, quelques parcelles restent à moissonner en bordure maritime normande.

En féverole d’hiver, le rendement est plus variable, jusqu’à 50 q/ha dans certains secteurs de l’Ouest, selon Terres Inovia. Le ministère de l’Agriculture évalue le rendement moyen national à 28,5 q/ha. Une estimation un peu faible selon l’interprofession.