L’Algérie compte réduire sa dépendance alimentaire aux importations, a annoncé le ministre de l’Agriculture algérien, Sid Ahmed Ferroukhi, lors d’une interview sur la radio nationale le 24 janvier. Depuis des années, le pays est déficitaire de près de 30 % pour son approvisionnement, en particulier en céréales, lait et viandes rouges. Mais le plan quinquennal actuel, qui court jusqu’en 2019, a...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
52%

Vous avez parcouru 52% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !