C’est l’augmentation des abattages de vaches allaitantes sur les quatre premiers mois de l’année, par rapport à la même période de 2017. Cette hausse atteint 11 %, en comparaison avec 2016. La décapitalisation du cheptel a débuté en avril 2017, après trois années de capitalisation. Au 1er avril 2018, le recul sur un an du troupeau allaitant s’élevait à 2,3 %.