Caroline Monniot Institut de l’élevage

Le nombre de réformes laitières en Europe progresse. Partout, l’élevage laitier est en difficulté. Même en Allemagne, où les éleveurs patientaient le temps que la crise passe, les cessations d’activité sont plus fréquentes. Sur les quatre premières semaines de mars, les abattages de vaches allemandes ont bondi de 11 % par rapport à 2015, et de 18 % par rapport à 2014. En conséquence, les cours dégringolent. Fin mars, la vache O se plaçait à 2,62 €/kg, soit 15 % en dessous de l’an passé, et la vache R affichait 2,90 €/kg, soit 10 % de moins qu’en 2015. Le nombre de femelles dans les abattoirs français s’étoffe aussi. En mars, les abattages de laitières gagnaient 5 % par rapport à 2015, ceux de vaches allaitantes 4 %. Le cours des laitières est 2 % en dessous du niveau de l’an dernier, mais il entame sa hausse saisonnière. La vache O cotait fin mars 3,13 €/kg et la vache P 2,78 €/kg.

La Pologne accélère sa restructuration laitière, et les abattages de vaches sont dynamiques. Le pays est un concurrent européen en pleine ascension.

L’Irlande dope sa collecte laitière. Les abattages de vaches ont reculé en mars de 9 % par rapport à 2015. Les Pays-Bas et le Danemark tendent également à produire davantage et à retenir fortement leurs vaches.