D’après l’association des laiteries de Nouvelle-Zélande (DCANZ), la collecte a progressé de 2,9 % sur un an entre juillet et septembre 2020.

Les niveaux sont très bons pour ce début de campagne mais la croissance ralentit en septembre (+ 1,6 %/2019), et cette tendance devrait se poursuivre. « Le manque de pluie se fait sentir depuis début octobre, affectant la pousse de l’herbe (à l’approche du pic de production), indique l’Idele. Le manque de main-d’œuvre immigrée, à la suite des restrictions liées au Covid-19, commence également à préoccuper la filière locale. »