Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le brexit inquiète la filière

réservé aux abonnés

 - -->
© Jean-Pierre Amet

L’origine France pourrait perdre en compétitivité face à d’autres, notamment asiatiques.

Le Royaume-Uni (RU) est un gros marché pour le maïs doux, notamment celui qui est produit dans le sud-ouest de la France. N’étant pas producteur, il importe tout ce qu’il consomme. Cela représente pas moins de 15 % du marché de l’Union européenne (UE) en consommation, soit 100 000 tonnes (demi-brutes pour conserves). L’approvisionnement du RU provient à 80 % de l’UE (à 40 % de la France). Le reste de ce qui est consommé dans le pays est importé du continent asiatique, notamment de Thaïlande, qui est devenue le premier exportateur mondial de boîtes de maïs doux. Le marché progresse aussi en Chine, Brésil, Russie et Ukraine.

marché déstabilisé

Actuellement, les droits de douane appliqués à l’entrée d’une boîte dans l’UE sont fixés à 5,1 % +  9,4 €/100 kg, soit environ 15 %. À cela s’ajoutent des droits antidumping de 12,8 %, appliqués par l’UE à la Thaïlande. « Notre crainte avec le Brexit est que le RU n’applique plus ces droits de douane à l’importation pour les autres pays tiers, notamment asiatiques, alors qu’aujourd’hui ils sont taxés, explique Matthieu çaldumbide, directeur adjoint de l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM). Autrement dit, que le pays fasse tomber toutes les barrières sur un produit qui n’a pas d’enjeu de production chez eux. En effet, l’intérêt pour eux de défendre leur industrie n’existe pas. »

Cette supression totale de droits risque, selon Matthieu çaldumbide, de « faire baisser significativement le prix à l’importation de toutes les autres origines ». Car dans le scénario où le RU réviserait ses droits de douane, les boîtes thaïlandaises de maïs doux arriveraient avec un delta de prix de près de 28 % (15 % + 12,8 %). « Cela ne concerne que certains marchés, surtout pour les marques distributeurs, précise toutefois le directeur adjoint. Mais ça peut quand même tirer tout le marché vers le bas. 

isabelle escoffier

(1) Association générale des producteurs de maïs.

Près de 22 000 ha en France

Environ 370 000 ha de maïs doux sont cultivés dans le monde. Avec 120 000 ha, les États-Unis sont le premier producteur mondial, devant l'UE et ses 72 000 ha, pour la transformation en conserve et en surgelé. La Hongrie et la France concentrent 75 % des surfaces de l’Union destinées à l’industrie (respectivement 45 % et 31 %). Dans l’Hexagone, 95 % des surfaces sont en Nouvelle-Aquitaine et 5 % en Occitanie.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !