« Le marché des orges est plutôt baissier. L’évolution des cours reflète un climat attentiste, en raison des incertitudes sur la demande pour 2020-2021, notamment en Arabie Saoudite et en Chine, les principaux acheteurs mondiaux.

En Australie, les cours des orges fourragères et des orges brassicoles sont beaucoup plus erratiques que les prix France et mer Noire, en raison des contentieux commerciaux entre la Chine et l’Australie, dont l’impact n’est pas encore totalement déterminé. Pour rappel, les importations d’orges australiennes, déjà soumises à des droits de douane prohibitifs de 80,5 % depuis le 19 mai, sont imposées d’un droit supplémentaire de 3 % depuis le 29 juin. Selon la Chine, il s’agit d’un ajustement de nature technique, qui se produit lorsque les volumes d’importation de produits spécifiques atteignent un certain niveau, comme spécifié dans les termes d’un accord commercial bilatéral conclu en 2015. Cette évolution s’inscrit assez clairement dans le climat de tension entre les deux pays.

À la fin du mois d’avril en Australie, les exportations d’orge s’établissaient à 2,52 Mt pour 2019-2020, en forte baisse par rapport aux 3,4 Mt de 2018-2019. Cette diminution est principalement liée aux achats chinois, qui totalisaient 1,34 Mt contre 2,4 Mt pour la campagne précédente. On observe par ailleurs une demande naissante de la Thaïlande. »

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en baisse dans un marché volatil

Les prix du blé étaient en baisse à la mi-journée du vendredi 3 décembre 2021 sur le marché européen Euronext, en dépit d’une forte demande dans un contexte d’incertitude sanitaire et de grande volatilité des marchés.