Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les prix du colza vont rester soutenus

réservé aux abonnés

 - -->

Dans un contexte mondial extrêmement tendu à la suite du désastre que subit la moisson canadienne,

Depuis les premières cotations du colza 2021, les prix ont opéré une progression spectaculaire de 120 €/t rendu Rouen, jusqu’à 602 €/t le 16 septembre. Ils ont bénéficié tout d’abord du soutien du pétrole, dont le cours a grimpé de presque­ 15 % entre la mi-avril et la mi-septembre.

Des perspectives de tension extrême en 2021-2022

Le rétablissement du tourisme, des déplacements et de la restauration stimulent la croissance mondiale. Les dégâts de l’ouragan Ida sur les installations pétrolières du golfe du Mexique ont aussi tiré les prix du brut vers le haut. Nous constatons un rebond de la demande en huiles végétales dans le secteur biodiesel et dans la restauration. Le prix de l’huile de colza à Rotterdam est en hausse de plus de 20 % depuis la mi-avril, et flirte avec les sommets (1 600 $/t au 16 sep­tembre). La demande en huile de colza est d’autant plus forte sur le rapproché que les stocks d’huiles de soja et de tournesol sont très bas. La nouvelle récolte de tournesol est tardive, ce qui restreint fortement la production d’huile de tournesol. Les stocks d’huile de soja aux États-Unis et au Brésil sont faibles, « siphonnés » par une demande dynamique du secteur biodiesel. L’origine argentine est peu accessible, le très bas niveau du fleuve Paraná ralentissant les exportations. Cela laisse peu d’alternatives aux acheteurs d’huiles : l’huile de colza européenne ou l’huile de palme du Sud-Est asiatique. Le prix de ces deux matières s’est ainsi envolé au cours des dernières semaines.

La production canadienne, fortement affectée par des chaleurs records et un déficit pluviométrique, ne devrait guère dépasser 13 millions de tonnes cette année, 30 % de moins que l’an dernier ! Même si les récoltes en Australie, en Russie et en Ukraine s’annoncent plutôt bonnes, cela ne permettra pas de compenser la chute de la récolte canadienne. Les marges de trituration du colza sont bonnes malgré les prix très élevés du colza, aussi la demande industrielle va rester forte. Dans l’Union européenne, avec une chute des importations, et une trituration qui devrait peu diminuer, les stocks devraient encore se contracter en 2021-2022. Au Canada, en Australie, en mer Noire, tous les volumes­ disponibles seront utilisés localement ou exportés.

Les stocks devraient se retrouver au plus bas sur l’ensemble de la planète. Le moindre accident climatique touchant la récolte de soja à venir en Amérique latine aggraverait encore un peu plus la pénurie, et ferait monter­ durablement les prix au-dessus de 600 €/t.

Hémeline Macret - Tallage/Stratégie Grains

La production canadienne de canola ne devrait guère dépasser 13 millions de tonnes cette année. © Claudius Thiriet
La reprise mondiale tend aussi les bilans d’huiles

Le reflux de la pandémie permet aux différents secteurs de l’économie de reprendre et accroît la consommation alimentaire d’huiles, surtout dans les pays émergents comme l’Inde ou la Chine.

En parallèle, la production d’huiles en 2021-2022 ne va que peu augmenter, les progressions attendues pour les huiles de palme, de soja et de tournesol étant en partie gommées par la chute de production de celle de colza. Les très bonnes marges industrielles ne seront pas suffisantes pour compenser la chute de l’offre en graines.

Les stocks cumulés de ces quatre huiles devraient donc encore décroître en 2021-2022, ce qui va soutenir les cours de tout le complexe oléagineux sur les prochains mois.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza reprend son souffle après une forte hausse

Les prix du colza cédaient un peu de terrain mercredi 8 décembre 2021 en milieu de journée sur le marché européen, après avoir enregistré une forte progression la veille.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !