Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Mauvaise passe

réservé aux abonnés

 - -->
La filière cunicole française représente 1 200 élevages et 10 000 emplois. © Ch. WATIER

Consommation comme production enregistrent un recul quasi continu depuis des années

Depuis plusieurs semaines, les éleveurs de lapins se mobilisent à l’appel du syndicalisme majoritaire (lire l’encadré), inquiets de la détérioration de leur situation. La filière cunicole est confrontée à un recul structurel de la consommation de viandes en général, et à une désaffection particulièrement marquée vis-à-vis de la viande de lapin, peu prisée des jeunes générations. Le recul s’élève à 8 % pour l’année 2016 par rapport à 2015, soit 720 g par personne et par an, et s’accélère à -14 % au premier trimestre 2017. La chute est très marquée pour le lapin entier, et plus limitée pour les morceaux.

Repli constant

Reflet de cette désaffection, le cours du lapin vif a de nouveau chuté en 2016, s’établissant à 1,69 €/kg contre 1,74 €/kg en 2015 (- 2,9 %). Il a regagné quelques centimes pendant les quatre premiers mois de 2017 par rapport à la même période de 2016, à 1,82 €/kg en moyenne. Néanmoins, il reste inférieur de plus de 0,10 € à la période 2013-2015. Conséquence, « la production est en fort repli » depuis 2008, souligne Camille Deman, de l’Itavi (1). Elle atteindrait désormais 54 000 tonnes équivalent carcasse (tec), en retrait de 5,5 % en un an. La tendance s’accélère depuis le début de l’année 2017, avec des abattages en chute de 8,6 %. Au niveau du maillon élevage, cela signifie quelque 30 000 femelles en moins.

Seul point positif, le solde commercial s’améliore en 2016. Les exportations progressent de 15,8 % en volume et 12,2 % en valeur, la hausse vers l’Italie, notre premier client, faisant plus que compenser la baisse des achats de la Belgique, notre deuxième client. Les ventes aux pays tiers (États-Unis, Hong Kong et Suisse) progressent également. En parallèle, les importations ont reculé de 8,3 % en volume et 3,2 % en valeur.

Elsa Casalegno

(1) Institut technique des filières avicole, cunicole et piscicole.

Les éleveurs réclament 2,05 €/kg

À l’appel des syndicats FRSEA et JA des trois principales régions productrices de lapins – Pays de la Loire, Bretagne et Nouvelle-Aquitaine (surtout le Poitou-Charentes) –, des manifestations avec stickages sont organisées depuis avril dans différentes enseignes. Le 20 avril, ils étaient une vingtaine dans un Intermarché de Rennes (Ille-et-Vilaine). Le 16 mai, ils se rassemblaient devant un Carrefour à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), et ils devaient de retrouver le 24 mai devant deux Leclerc, à Carhaix et Bressuire. « Les éleveurs réclament une revalorisation du prix, pour passer de 1,65 €/kg (le prévisionnel pour 2017) à 2,05 €/kg », selon Damien Hériault, président de JA de Vendée et éleveur de lapins.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !