Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Mauvaise passe

réservé aux abonnés

 - -->
La filière cunicole française représente 1 200 élevages et 10 000 emplois. © Ch. WATIER

Consommation comme production enregistrent un recul quasi continu depuis des années

Depuis plusieurs semaines, les éleveurs de lapins se mobilisent à l’appel du syndicalisme majoritaire (lire l’encadré), inquiets de la détérioration de leur situation. La filière cunicole est confrontée à un recul structurel de la consommation de viandes en général, et à une désaffection particulièrement marquée vis-à-vis de la viande de lapin, peu prisée des jeunes générations. Le recul s’élève à 8 % pour l’année 2016 par rapport à 2015, soit 720 g par personne et par an, et s’accélère à -14 % au premier trimestre 2017. La chute est très marquée pour le lapin entier, et plus limitée pour les morceaux.

Repli constant

Reflet de cette désaffection, le cours du lapin vif a de nouveau chuté en 2016, s’établissant à 1,69 €/kg contre 1,74 €/kg en 2015 (- 2,9 %). Il a regagné quelques centimes pendant les quatre premiers mois de 2017 par rapport à la même période de 2016, à 1,82 €/kg en moyenne. Néanmoins, il reste inférieur de plus de 0,10 € à la période 2013-2015. Conséquence, « la production est en fort repli » depuis 2008, souligne Camille Deman, de l’Itavi (1). Elle atteindrait désormais 54 000 tonnes équivalent carcasse (tec), en retrait de 5,5 % en un an. La tendance s’accélère depuis le début de l’année 2017, avec des abattages en chute de 8,6 %. Au niveau du maillon élevage, cela signifie quelque 30 000 femelles en moins.

Seul point positif, le solde commercial s’améliore en 2016. Les exportations progressent de 15,8 % en volume et 12,2 % en valeur, la hausse vers l’Italie, notre premier client, faisant plus que compenser la baisse des achats de la Belgique, notre deuxième client. Les ventes aux pays tiers (États-Unis, Hong Kong et Suisse) progressent également. En parallèle, les importations ont reculé de 8,3 % en volume et 3,2 % en valeur.

Elsa Casalegno

(1) Institut technique des filières avicole, cunicole et piscicole.

Les éleveurs réclament 2,05 €/kg

À l’appel des syndicats FRSEA et JA des trois principales régions productrices de lapins – Pays de la Loire, Bretagne et Nouvelle-Aquitaine (surtout le Poitou-Charentes) –, des manifestations avec stickages sont organisées depuis avril dans différentes enseignes. Le 20 avril, ils étaient une vingtaine dans un Intermarché de Rennes (Ille-et-Vilaine). Le 16 mai, ils se rassemblaient devant un Carrefour à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), et ils devaient de retrouver le 24 mai devant deux Leclerc, à Carhaix et Bressuire. « Les éleveurs réclament une revalorisation du prix, pour passer de 1,65 €/kg (le prévisionnel pour 2017) à 2,05 €/kg », selon Damien Hériault, président de JA de Vendée et éleveur de lapins.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !