Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La collecte plafonne

réservé aux abonnés

 - -->

En Nouvelle-Zélande, la production laitière stagne depuis 2014, mais le pays reste offensif à l’export.

Depuis près de sept ans, la production laitière de la Nouvelle-Zélande côtoie les 22,5 millions de tonnes (Mt) sans franchir ce cap. Le faible gain en productivité (+ 3 % par rapport à 2015 à 4 515 kg/VL) peine à compenser le déclin des effectifs (- 2 % par rapport à 2015). Le cheptel laitier est récemment repassé sous la barre des 5 millions de têtes (1). Néanmoins, la collecte affiche une belle croissance annuelle de 4,5 % sur le premier trimestre 2021, portée par une météo clémente et un prix du lait bien orienté. « La hausse du prix des intrants, peu utilisés localement, n’entrave pas outre mesure la rentabilité des élevages », note Gérard You, économiste à l’Institut de l’élevage (Idele), lors d’un cycle de webinaires sur les marchés mondiaux.

L’export résiste

En parallèle, sur l’année 2020, les exportations laitières néo-zélandaises ont légèrement reculé de 3 % en volume, à 20 Mt équivalent lait, « faute de stocks importants ». En valeur, le repli se limite à 1 % sur un an, à 11,1 milliards d’euros, et ce, en dépit de la crise sanitaire. La Nouvelle-Zélande­ opère « une lente montée en gamme de ces produits laitiers, très majoritairement exportés, avec une valorisation évaluée à 520 €/1 000 l contre 750 €/1 000 l pour la ferme France », précise Gérard You. Lente car le beurre et la poudre grasse représentent encore plus de 50 % des exportations laitières du pays, en valeur. Sur le premier trimestre 2021, le regain observé sur la collecte laitière nationale sert le marché à l'export, avec un rebond des envois de poudre grasse.

À l’avenir, « le prix du lait devrait rester stimulant » et, « sauf accident climatique majeur, la production devrait continuer à croître » d’une année sur l’autre. Les contraintes environnementales sont telles que cet élan devrait essentiellement être porté par la productivité des vaches. « Le pays des kiwis n’est plus dans une logique de croissance extensive », con­clut Gérard You.

A. Courty

(1) Retrouvez aussi l’interview du ministre de l’Agriculture néo-zélandais en page 21.

La Chine, un client qui monte

Entre 2010 et 2020, 80 % de la croissance des exportations néo-zélandaises de produits laitiers s’est faite en Asie. Sur cette même période, les envois vers la Chine sont passés de 1,4 à 4,5 milliards d’euros.

En 2020, l’empire du Milieu concentre 41 % des exportations laitières de la Nouvelle-Zélande, en valeur. « La part relative de l’Asie, et de la Chine en particulier, ne cesse de grimper », souligne Gérard You.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !