Yves Roussineau président du Syndicat national des courtiers en pommes de terre

« Bien que l’arrachage vienne tout juste de commencer, les perspectives du marché de la pomme de terre sont loin d’être réjouissantes. Alors que la consommation de frais est en baisse (-6,4 % sur la dernière campagne), avec l’augmentation des surfaces, la production française devrait dépasser 6 Mt cette année (hors production féculière). Conséquence, le prix de la pomme de terre en hâtive sur le marché libre se cantonne dans une fourchette allant de 50 à 60 €/t (80 à 90 €/t pour les lots lavables). Pour que le marché se raffermisse, la France doit miser, entre autres, sur l’exportation. Mais avec une grosse production attendue partout en Europe, la concurrence s’annonce rude. Ainsi, il sera compliqué d’être compétitif face à l’Allemagne (+ 4,5 % de production cette année), mieux placée pour exporter vers les pays d’Europe de l’Est et l’Italie. La France doit reprendre rapidement les exportations vers la péninsule ibérique dont l’Espagne, premier pays importateur de pommes de terre françaises. Sur le marché du transformé, les industriels pourraient avoir des besoins supplémentaires, mais la conjoncture monétaire n’est pas des plus favorable à leur activité (parité euro/dollar). Actuellement, des industries belges proposent un prix d’achat de pommes de terre hâtives fritables à 30 €/t seulement ! »