« Une incertitude plane encore sur le niveau de la demande en pommes de terre pour la campagne 2020, notamment en industrie, en lien avec la crise de Covid-19. Les prévisions les plus optimistes faisaient état d’un retour à des niveaux de l’ordre de 90 % dès l’automne, mais c’est une vision européenne et elle n’intègre pas forcément les répercussions de la pandémie sur d’autres continents, et surtout l’évolution de celle-ci dans les mois à venir. Les stocks en produits finis resteront élevés et devront être pris en compte. Pour ce qui concerne le frais, on ne peut qu’espérer que la reprise de la consommation qui a accompagné les périodes de confinement soit confirmée dans les mois qui viennent et dynamisera le marché.

Hors Covid-19, 2020 serait considérée comme une année à l’équilibre entre l’offre et la demande. Mais, dans le contexte actuel, le prix du libre destiné à l’industrie risque de pâtir de l’offre excédentaire. Si privilégier la qualité sera primordiale, l’UNPT recommande de ne pas aller chercher les tonnes qui encombreront le marché, de ne plus investir dans l’irrigation et de défaner précocement afin de ne prendre aucun risque inutile. Et il faudra s’assurer d’avoir de bonnes conditions à l’arrachage.

Cette année, les rendements s’annoncent moyens, à des niveaux identiques à la moyenne décennale. La production finale devrait se situer entre 6,5 et 7 millions de tonnes, sauf phénomène météorologique majeur d’ici la fin de campagne. »