La canicule n’aura pas été sans conséquences : une fréquentation des marchés en baisse, mais des ventes toutefois satisfaisantes. La chaleur a diminué les quantités de melons disponibles, dont les prix sont remontés. Le cycle des salades, perturbé, a limité l’offre et permis une tenue des prix.