Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Foie gras : les exportations souffrent

réservé aux abonnés

 - -->
©

La filière s’arme pour retrouver les tonnages et les marchés perdus à cause de l’influenza aviaire.

«En conséquence de l’influenza aviaire, il devrait manquer sur le marché quelque 9 millions de canards, sur un total de 37 millions produits l’an passé, soit 4 750 t de foie gras », calcule Marie Pierre Pé, déléguée du Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog), lors d’une conférence de presse à Paris, le 20 octobre. Ainsi, la production hexagonale n’affichera guère plus que 14 500 t cette année, contre 19 240 t en 2015. « Il y a un effet d’aubaine pour nos concurrents, regrette Marie-Pierre Pé. Je pense à la Hongrie et à la Bulgarie, dont les tonnages affichent respectivement 2 450 et 2 200 t. Bien qu’en augmentation d’environ 500 t chacun, leur production n’a pas suffi à compenser les pertes françaises. L’Hexagone reste leader dans le monde, mais les concurrents ont su se placer sur le marché à l’exportation, là où nous ne pouvons plus rien envoyer du fait des contraintes sanitaires. »

Sans surprises, les exportations ont souffert des fermetures de débouchés induites par l’influenza aviaire. Sur les six premiers mois de l’année, les ventes de foie gras cru à l’étranger affichent 725 t, soit 265 t de moins que l’an passé. Même tendance pour les produits transformés, avec une baisse de 112 t, et 623 t envoyées. Les importations ont bondi de 788 t, soit près de 63 %, sur les six premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2015. « Elles sont passées de 1 255 t à 2 043 t, constate Marie-Pierre Pé. Mais cela ne compense pas les pertes de la production française. »

Côté chiffres, les importations ont augmenté de 10,9 millions d’euros, alors que les exportations se sont repliées de 7,8 millions d’euros. « Nous affichions en 2015 une balance commerciale excédentaire de 56,3 millions d’euros, rappelle Marie-Pierre Pé. Cette année, de janvier à juin, nous enregistrons un déficit de 18,7 millions d’euros. »

Légère hausse des prix

Si le Cifog promet que les rayons des distributeurs seront approvisionnés pour les fêtes, il précise aussi que ce ne sera pas sans un petit effort financier de la part du consommateur. Une légère hausse des prix est attendue, pouvant aller jusqu’à 10 €/kg en gamme premium. La faute au repli de la production, mais aussi aux coûts supportés par la filière pour venir à bout du virus. « Le plan d’éradication a coûté 270 millions d’euros, précise Marie-Pierre Pé. Sans compter que pour adapter leurs infrastructures aux nouvelles normes de biosécurité, les éleveurs ont encore besoin de 220 millions. »

Hélène Chaligne
La production ayant été paralysée pendant quinze semaines de vide sanitaire, il devrait manquer sur le marché quelque 9 millions de canards, soit 4 750 tonnes de foie gras. © P. GLORIEUX
Retrouver les clients asiatiques

Dès le début de l’année, les marchés asiatiques ont fermé leurs portes au foie gras français. « Au mieux, ils rouvriront début 2017, estime Jean-Jacques Caspari, président de la commission de la communication du Cifog. Il faut attendre trois mois après le dernier cas déclaré, et nous retrouverons notre statut indemne dans l’ensemble des élevages du Sud-Ouest. »

Le Japon était devenu notre premier client en 2015, détrônant l’Espagne. Toujours en 2015, outre l’archipel nippon, l’Asie en général gagnait du terrain, avec une hausse de 27 % des achats en Corée du Sud, 22 % en Thaïlande, et 557 % à Taïwan, la démesure du chiffre s’expliquant par l’ouverture du marché au foie gras cru à la fin de 2014. La Chine était même prête à ouvrir ses frontières. « Nous avons bien l’intention de retrouver ces marchés perdus, martèle Christophe Barrailh, président du Cifog. Charge à la filière de veiller à la bonne application des règles de biosécurité. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !