« Nous avons lancé, en avril dernier, une gamme de porc bio 100 % origine France baptisée “Bien élevé”, via la marque Brocéliande. Cette viande était auparavant réservée aux circuits de distribution spécialisés, faute de volumes suffisants. Dans les grandes et moyennes surfaces (GMS), c’est jusqu’alors le porc bio importé qui prévaut dans les rayons, essentiellement en provenance du Danemark. Avec cette offre, nous allons approvisionner plus de 1 000 hypers et supermarchés en France.

La démarche a été engagée avec une vingtaine d’éleveurs du Grand Ouest. Leur nombre va continuer de croître. Même si la demande est réelle, il est important de tabler sur un développement progressif, afin de maintenir une bonne valorisation du porc auprès des producteurs. Lorsque l’on met en place une nouvelle gamme de produits, le marché doit être tiré par la demande, et non poussé par l’offre. Aussi, notre principal défi réside dans l’équilibre des carcasses. En clair, on ne peut pas se permettre de vendre uniquement du jambon. C’est pour cela que notre offre en GMS est composée de six références, incluant du jambon, des lardons, des allumettes fumées, du pâté de campagne et du rôti. Par ailleurs, le très dynamique secteur de la restauration hors domicile est aussi demandeur de viande de porc bio français. Ce débouché nous permet notamment de valoriser les pièces de longe et de poitrine, moins demandées en GMS. »

Votre analyse marché - Porcs

Hausse de 0,5 centime

Ce lundi 18 octobre 2021, le prix de base du porc s’est établi à 1,229 €/kg au Marché du porc breton (MPB) de Plérin, dans les Côtes-d’Armor. Il est en hausse de 0,5 centime par rapport à la dernière vente.