La collecte de céréales biologiques en 2019-2020 s’annonce en forte hausse : + 212 000 tonnes sur un an. La faible collecte de l’année précédente s’explique par une baisse des rendements liée aux mauvaises conditions climatiques. Sur cinq ans, elle aura augmenté de 157 %, selon Marion Duval, adjointe du chef de l’unité des grains et du sucre de FranceAgriMer.

Les surfaces converties ou en conversion sont toujours en augmentation, atteignant 2,6 millions d’hectares en 2019. Depuis 2011, elles ont été multipliées par 2,6. La part des céréales s’effrite légèrement au profit des oléoprotéagineux. Les marchés sont tirés vers le haut par la demande des meuniers et des fabricants d’aliment du bétail (FAB).