Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Peu de disponibilités

réservé aux abonnés

 - -->
En début d’année, les Italiens et les Espagnols ont acheté davantage d’animaux qu’en 2015. © S. CHAMPION

Le commerce des animaux de moins de 450 kg est fluide. Il patine en sujets lourds.

«Les échanges de broutards sont fluides, car les disponibilités sont peu étoffées, indique Germain Milet, de l’Institut de l’élevage. Les sujets vaccinés de moins de 400 kg trouvent leur débouché en France, et ceux de moins de 450 kg se placent en Italie. Les cotations sont dans la même veine que celles de l’an dernier. » Grâce aux sorties limitées, les cours ont entamé sans difficulté leur hausse saisonnière. En semaine 13, le limousin U de 300 kg se plaçait à 2,89 €/kg, soit 1 centime de plus qu’en 2015, et l’équivalent en charolais, à 2,81 €/kg.

Pays tiers en peine

« En revanche, la situation est plus contrastée pour les animaux lourds, de plus de 450 kg », poursuit-il. La demande des pays tiers est atone. La Tunisie, le Maroc et la Libye n’achètent rien. Quelques animaux se placent au Liban, mais à des tarifs dérisoires. Quant à la Turquie, avec qui les échanges se limitent aux broutards légers non vaccinés, elle n’envoie pour l’heure aucun signe de réouverture. En conséquence, la cotation du charolais U de 450 kg affichait fin mars 2,37 €/kg, soit 10 centimes de moins qu’à la même période en 2015. « Peut-être y aura-t-il davantage de besoins à l’approche du Ramadan, en juin », espère Germain Milet.

Chez nos principaux acheteurs, que sont l’Italie et l’Espagne, la demande est tonique depuis le début de l’année. Près de 140 000 têtes ont été exportées vers la botte en janvier et février, soit 10 000 de plus qu’en 2015. « Les échanges ont été plus difficiles avec l’Espagne en janvier, reprend Germain Milet. Quelque 7 400 animaux y ont été envoyés, contre 9 800 en 2015. Mais les exportations ont retrouvé leur niveau habituel en février, avec 12 200 têtes. »

Hélène Chaligne
Le contingent algérien évolue

Le contingent algérien à droits de douane nuls, initialement attribué en début d’année pour chaque pays, dépend désormais de la base des importations historiques de chaque opérateur. Il est utilisable sur six mois, ce qui permet de lisser les apports. Mais les contraintes ont changé, et les opérateurs sont appelés à commercialiser autant de mâles que de femelles. « Le contingent historique était principalement comblé par les mâles, dont les droits de douane hors contingent sont de 30 %, contre 7 % pour les femelles, précise Germain Milet. En imposant des femelles, l’État algérien oblige à réorienter les mâles hors du contingent, et améliore ses recettes douanières. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !