«Les échanges de broutards sont fluides, car les disponibilités sont peu étoffées, indique Germain Milet, de l’Institut de l’élevage. Les sujets vaccinés de moins de 400 kg trouvent leur débouché en France, et ceux de moins de 450 kg se placent en Italie. Les cotations sont dans la même veine que celles de l’an dernier. » Grâce aux sorties limitées, les cours ont entamé sans...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !