L’activité commerciale reste fluide dans les broutards de moins de 350 kg avec une multitude de débouchés, à condition qu’ils soient vaccinés pour l’export. La demande italienne est toutefois moins active. Le commerce est plus calme dans les charolais de plus de 400 kg, mais les tarifs se maintiennent. Le commerce reste fluide dans les bons mâles blonds d’Aquitaine, aubracs, ou salers avec des marchés à l’export plus actifs. En femelles, la demande est régulière avec des cours stables pour les bonnes laitonnes vaccinées.

En bovins d’embouche et d’élevage, la demande demeure soutenue dans les bons sujets, mais les tarifs tendant à se stabiliser après les hausses des dernières semaines. Le prix du maigre a évolué beaucoup plus rapidement que celui de la viande.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Le marché se tend

Depuis deux semaines, les sorties ont sensiblement progressé, conduisant à un accroissement des exportations vers l’Italie et l’Allemagne. Si ces deux marchés restent demandeurs, les engraisseurs attendent de vider leurs ateliers pour les fêtes de fin d’année. En France, les abatteurs poussent à davantage de mises en place, mais après le coup dur de la crise de Covid-19 l’an dernier, les candidats sont peu nombreux.