C’est le recul du cheptel de vaches allaitantes en juin 2019, par rapport à 2018, d’après l’Institut de l’élevage. Le rythme s’est accéléré depuis le début de l’année. En janvier dernier, la baisse du nombre de mères s’établissait à 1,6 % sur un an. « À ce repli du cheptel reproducteur s’ajoute une chute de la productivité numérique qui a conduit à un effondrement des naissances de veaux de mère allaitante début 2019 », précise l’Idele. Avec 1,81 million de têtes en cumulé de janvier à mai, les naissances chutent de 6,7 % par rapport à 2018. Outre les effets de la sécheresse, « la fièvre catarrhale ovine (FCO) aurait diminué la fertilité des taureaux et provoqué des avortements et des naissances de veaux non viables. »