C’est la progression des exportations de broutards français vers les pays tiers en 2019, par rapport à 2018. D’après les douanes françaises, les envois atteignent au total 66 100 têtes, dont 81 % vers l’Algérie. Bien qu’ils ne couvrent que 6 % des envois de gros bovins maigres, ces marchés sont « plus rémunérateurs et ont contribué à maintenir les cours », rapporte...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
66%

Vous avez parcouru 66% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins maigres

L’activité d’exportation vers l’Italie se porte bien

Les sorties de la semaine sont régulières, mais elles reflètent le recul global de la production, évalué à –7 % de charolais et –3 % de limousins disponibles en avril. Cette tendance devrait se poursuivre sur le mois de mai. Le commerce se tient relativement bien, malgré l’absence d’autres marchés porteurs que l’Italie.