Les tarifs se maintiennent sans grande difficulté pour les blondes d’Aquitaine, les limousines, les charolaises et les parthenaises de qualité bouchère. Les aubracs restent pénalisées par la fermeture des restaurants. Du côté des réformes allaitantes de choix secondaire, les transactions sont plus actives, avec une progression significative des prix.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
66%

Vous avez parcouru 66% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !