Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sous pression russe

réservé aux abonnés

 - -->
Les exportations russes de blé tendre devraient avoisiner les 30 Mt. © c. THIRIET

FranceAgriMer exprime ses craintes quant aux perspectives d’exportations de blé tendre.

Alors que le ministère de l’Agriculture a révisé à la hausse la production de blé tendre française de 1 million de tonnes, à 37,8 Mt, troisième meilleure récolte du pays après 2015 et 1998, le blé français se heurte à une concurrence exacerbée sur le marché mondial.

Marché tendu

Malgré une bonne récolte en termes de quantité et de qualité (lire encadré), FranceAgriMer ne cache pas ses craintes quant aux perspectives de commercialisation du blé tendre. Ainsi, l’organisme table sur des exportations vers pays tiers à 10,2 Mt (contre 12,6 Mt en 2015-2016), « sous réserve d’une amélioration de la compétitivité française ».

« Ce chiffre peut paraître faible au regard de l’historique (hors 2016) et de la disponibilité, mais la donne sur le marché mondial va rendre difficile la valorisation de la récolte française », explique Olivia Le Lamer, adjointe en chef de l’unité des grains et du sucre. En effet, la compétitivité-prix de l’origine France est mise à mal, affaiblie par la hausse de la parité euro-dollar et par les faibles prix du blé fourrager d’origine Mer noire, compris entre 160 et 170 dollars/t Fob.

Le marché mondial évolue ainsi sous pression de la récolte russe, évaluée par le département américain à l’Agriculture à 81 Mt de blé tendre. D’après les opérateurs, malgré l’afflux des grains dans les ports, la logistique russe devrait permettre d’absorber les volumes. « Par ailleurs, la Russie dispose d’une production de qualité. Résultat, le marché s’appuie sur une référence du taux de protéines à 12,5, plutôt que 11,5 habituellement », a indiqué Olivia Le Lamer, avant d’ajouter, qu’il y aura certainement beaucoup de frustration à ne pas pouvoir valoriser à sa juste valeur la qualité de la récolte française 2017.

Marie Seyer
Un couple rendement-protéines élevé

Les résultats de l’enquête réalisée auprès des collecteurs par FranceAgriMer confirment la qualité exceptionnelle de la récolte 2017. « Avec 65 % du blé tendre ayant une teneur en protéines supérieure à 12 % (moyenne nationale à 12,3 %), le couple rendement-protéines est l’un des plus élevés de ces dernières années », note Jean-Paul Bordes, directeur recherche et développement d’Arvalis. Ainsi, près de 75 % des blés ont un PS supérieur à 76 kg/hl, avec une moyenne qui s’affiche à 77,2 kg/hl, malgré les pluies survenues en fin de cycle. Quant au temps de chute de Hagberg, la majorité des blés seront en mesure de répondre au cahier des charges des acheteurs, avec 85 % des volumes au-delà des 240 secondes.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en hausse dans un marché calme

Les prix du blé étaient en hausse ce mardi 28 septembre 2021 à la mi-journée sur Euronext, dans un marché calme dans l’attente de nouveaux chiffres américains et avant une nouvelle augmentation des taxes à l’exportation sur le blé russe.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !