Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Blé tendre : le Maroc ouvre les vannes

réservé aux abonnés

 - -->
©

L’épisode de sécheresse extrême que traverse le Maroc le pousse aux importations massives de céréales.

Le Maroc manque d’eau depuis plusieurs mois et de lourdes interrogations pèsent sur la récolte à venir. En effet, les conditions météos ont été très difficles durant l’hiver et « on s’attend à ce que la récolte soit très mauvaise », précise-t-on au bureau de Casablanca (Maroc) de France Export Céréales. L’association estime à 3,3 millions de tonnes la récolte de blé tendre pour 2016-17, soit 70 % de moins que la campagne précédente ! De plus, le Maroc a subi des retards de précipitations dès le mois de novembre, et la collecte marocaine aurait été surestimée. En prévision de ces problèmes de récoltes, le pays a commencé à s’approvisionner dès le mois de janvier, notamment auprès son fournisseur privilégié… la France.

Une récolte 2016-2017 attendue très faible

« Durant la campagne 2015-2016, 3,5 millions de tonnes de blé tendre ont été importées par le pays dont 2,5 Mt en provenance de la France », ajoute un expert du pays.

Le Maroc a bien contribué à l’amélioration du bilan français, très lourd. « L’épisode de sécheresse fait passer le pays aux achats plus tôt et en quantité importante. Cela a permis à FranceAgriMer de revaloriser le poste exportations vers les pays tiers à 11,5 Mt pour le blé tendre français », explique Olivia Le Lamer, chef de l’unité des grandes cultures à FranceAgriMer. En effet, près de 650 000 tonnes de blé tendre français en plus ont été importées par Rabat depuis le mois d’avril 2016, par rapport à l’année précédente à la même période. Une accélération qui a profité à la France tout au long du mois de mai, mois potentiellement fermé aux importations (lire l’encadré).

L’État marocain a décidé d’allonger sa période d’achat en vue de l’intercampagne, afin de remplir au maximum les stocks céréaliers du pays. « Aujourd’hui, le Maroc est couvert pour les mois de juin, juillet et août », explique-t-on à France Export Céréales. Une couverture permise par les importants achats réalisés entre janvier et fin mai. « Le stock de report de blé tendre à fin mai est à hauteur de trois à quatre mois de consommation, on reverra probablement les importations se rouvrir dès le début du mois d’août (1) », prévoit l’association. Reste à savoir si la France profitera encore de cette nouvelle fenêtre d’exportation au mois d’août, en supposant que le blé français soit toujours aussi compétitif…

Carole Le Jeune

(1) Lire l’encadré.

a prolongation de la période d’importation du Maroc a fortement profité à la France, qui a vu son bilan s’améliorer grâce à l’accélération des départs vers ce pays. ©
Le calendrier d’achat : un outil d’intervention pour l’État

Le Maroc est producteur de céréales. Son calendrier d’achat a pour but de protéger ses producteurs et d’écouler au mieux sa production intérieure. L’État utilise donc cet outil de régulation du marché en se fermant aux importations durant l’intercampagne, entre les mois de juin et de juillet. Rabat ne lancera aucun appel d’offres à cette période. De plus, l’État met en place des droits de douane dissuasifs, dans le but de bloquer toutes tentatives d’exportations vers le pays. Deux périodes intermédiaires d’achat existent : le mois de mai, et celui d’août. Ces mois sont ouverts ou non aux importations, en fonction des besoins en céréales du pays. Ces besoins dépendent de la production locale. Du fait des épisodes de sécheresse, qui ont affecté la campagne 2015-2016 ainsi que celle de 2016-2017, la fenêtre du mois de mai a été ouverte avec des droits de douane maintenus à droit réduits de 30 %. Désormais, quid du mois d’août : selon le bureau de Casablanca de France Export Céréales (Maroc), il devrait être lui aussi ouvert aux importations.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en léger repli, les prix se stabilisent

Les prix du blé étaient en léger repli le vendredi 17 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen, où les prix se stabilisent à un niveau élevé.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !